Bulletin du Sacré-Cœur du 31 juillet au 29 août 2021

31 Juil 2021 | Non classé

Pour visualiser ou télécharger le bulletin dans son intégralité, cliquer sur les liens suivants :

« Bénis-les Seigneur, bénis-les ! »

Chaque année, à cette période qui marque la fin de l’année pastorale, il me revient de rédiger l’éditorial de ce bulletin. L’idée est qu’il puisse être lu par tous ceux qui, vacanciers, paroissiens habituels, gens de passages, franchiront les portes de notre « maison », cette église où nous célébrons pendant toute l’année les évènements de notre vie chrétienne. Les différentes rubriques de ce document vous indiquent les contacts possibles, les rendez-vous, les évènements. Cette fin d’année pastorale est marquée aussi par les nominations des pères Bernard, et le départ du père François et de moi[1]même. Une hôtesse d’accueil me confiait récemment sa crainte de ne pas réussir à tout régler avant son départ en congés. Nous vivons souvent comme si il y avait toujours un lendemain qui nous donnerait le temps de faire tout ce que nous voudrions. Depuis l’annonce de ces changements, il y a eu une multitude de « dernière fois », « d’au revoir » et de « merci », parfois aussi de « on aurait dû », ou de « pardon…»

Je me dis que ces départs sont autant d’occasions de rendre grâce. Ce que nous sommes aujourd’hui est constitué de chaque rencontre, chaque évènement, chaque petite chose partagée, offerte, chaque regard, chaque seconde vécue. Ça en fait des milliards de secondes, mais à vrai dire chacune est unique, aucune ne peut être remplacée par une autre. Chacune renferme un trésor que le Seigneur a caché pour l’offrir à notre action de grâce et construire son Royaume. C’est aussi tout ce que nous emportons avec nous là où nous serons demain. Quand je vois les marches de nos églises, j’aime à contempler l’usure de la pierre en pensant à chaque frère ou sœur qui a franchi la porte. J’aime à me rappeler que sur cette terre nous sommes en passage, que notre demeure est ailleurs, et là il n’y aura plus de départ ! Ce passage parmi vous me remplit d’allégresse, de fierté. Les voiles de mon âme sont gonflées !

À tous un grand merci, et comme nous l’avons souvent prié : « bénis-les Seigneur, bénis-les ! »

Père Gilles