Du coronavirus à la Transfiguration…

Michel Bouilleau, diacre

Il n’y a pas que nos cartes bleues qui sont passées au « sans contact » ! Pour un temps, finies les poignées de mains, accolades et autres embrassades… Pas facile de changer nos habitudes, nos automatismes, tellement ils sont ancrés… Et si nous saisissions ces consignes face à la menace du coronavirus, comme une opportunité pour convertir la façon dont nous nous disons bonjour ? Nous sommes dans ce temps de Carême qui nous invite à convertir notre cœur, et cela passe d’abord par la conversion du regard (Cf. Mathieu 25, 31-46). Nous pourrions remplacer nos gestes habituels de salutation tactiles par un regard qui prend le temps de s’arrêter pour laisser raisonner en nous cette parole entendue par Pierre, Jacques et Jean: « celui-ci est mon Fils bien aimé en qui je trouve ma joie, écoutez-le » ? Cette conversion-là impliquerait d’abandonner notre regard habituel sur l’autre, quel que soit son caractère, quelle que soit son histoire, pour nous laisser toucher par cette parole de Dieu et réaliser qu’il/elle est un frère, une sœur en Christ. Alors à son tour il/elle sera transfiguré.e à nos yeux !

Bon chemin de conversion !

Michel Bouilleau, diacre