par P. Laurent, eudiste

       Ce dimanche, nous fêtons le baptême du Seigneur. Nous verrons Jésus se présenter à Jean qui hésite : « Ce n’est pas toi qui as besoin du baptême, mais moi ! ». Jésus insiste et Jean se laisse faire. Cela permettra à Jésus d’entendre : « Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie ! ». Il aurait été dommage, de le priver, même lui, d’entendre une telle voix !

Au baptême, chacun – ou ses parents pour lui – annonce renoncer au mal et vouloir croire. Il reçoit aussi un vêtement blanc, signe que le baptême rend digne et capable de revêtir le Christ chaque jour. À condition de laisser ensuite la grâce baptismale l’envahir chaque jour et lui donner envie de se glisser dans la peau de Jésus, envie de vivre, agir, aimer, chanter comme lui le ferait. Et à chaque fois qu’un(e) baptisé(e) laisse faire Jésus, cela lui permet d’entendre à son tour : « Celui-ci/celle-ci est mon fils / ma fille bien-aimé(e), en qui je trouve ma joie ! ».

Samedi matin, des parents sont venus inscrire leur enfant au baptême. Le 22 janvier, certains vivront un mercredi Hosanna’M “spécial baptême” et ils pourront goûter la belle fraternité des fils et filles de Dieu. Quelques baptêmes auront lieu pendant une de nos eucharisties, au milieu d’une communauté si accueillante qu’elle donne envie de revenir ! Jeudi 23, la soirée formation se demandera comment le baptême aide à lutter contre le mal. Etc.

Oui regardons et rendons grâce : le baptême met vraiment en route ; il suffit de laisser Dieu redire qu’il nous aime !

P. Laurent, eudiste