« Tu as voulu, Seigneur, que la Sainte famille nous soit donnée en exemple… »

par Joseph Le Gall, eudiste

C’est ainsi que commence la prière d’ouverture de la messe de ce dimanche, où nous célébrons la fête de la Sainte famille.

Comment la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph, peut-elle nous servir de modèle ?

Fêter la Sainte Famille à quelques jours de Noël, c’est continuer à contempler la scène de la crèche pour y voir le Fils de Dieu entouré des siens, sa famille humaine que Dieu s’est choisie : Marie et Joseph. Il ne s’agit pas tant de regarder une scène charmante que de se mettre à l’école de ces parents qui ont accueilli l’Enfant Jésus : autrement dit comme Marie, il s’agit pour nous d’accueillir profondément la volonté de Dieu, d’y répondre de grand cœur dans la confiance et la durée. Il s’agit de méditer et de conserver au fond de soi les merveilles que le Seigneur peut également et toujours accomplir en chacune de nos vies.

Comme Saint Joseph, il s’agit aussi de faire confiance à Dieu qui nous parle (les songes de Joseph) et qui parfois peut également nous dérouter, nous déconcerter ; confiance en ce Dieu qui mystérieusement nous accompagne et nous invite à protéger le noyau familial qui, à ses yeux, est sacré.

Les évènements que les deux évangélistes Matthieu et Luc nous rapportent au sujet de l’enfance de Jésus dans sa famille à Nazareth (la présentation au temple, la fuite en Égypte et le retour d’Égypte, puis le recouvrement de Jésus au temple à l’âge de 12ans) nous font comprendre que la Sainte Famille de Jésus, Marie et Joseph était bien une vraie famille avec ses soucis, ses obscurités et ses joies. Et nous pouvons la contempler pour apprendre d’elle l’unité, la foi et l’amour, et recourir à son intercession : « À la prière de la Vierge Marie et à la prière de saint Joseph, affermis, Seigneur, nos familles dans ta grâce et la paix », demande la prière sur les offrandes de la messe de ce dimanche de la Sainte Famille.

                                                                             Joseph Le Gall, eudiste