Je t’en conjure, proclame la Parole !

P. Laurent de Villeroché, eudiste

Dans l’Évangile, Jésus demande : « Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » et Paul exhorte Timothée, c’est-à-dire au fond chacun de nous : « Proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps ». Nous voilà mis devant nos responsabilités, comme le Synode vient de le faire en nous invitant à être des « missionnaires audacieux » (orientation 3). Comment faire ?

Proclamer la Parole. Déjà la lire, la comprendre en s’aidant de tel ou tel commentaire et chacun peut y arriver. Bien sûr aussi la méditer seul ou avec d’autres, car elle permet alors à Dieu d’entrer en relation plus intime avec nous et de nous éclairer sur ce qu’il demande de dire.

Intervenir à temps et à contretemps.Cela n’invite pas à proclamer la Parole n’importe comment, mais à considérer que tout moment peut devenir opportun pour le faire. Bien sûr, intervenir ne veut pas dire imposer notre idée, notre solution ou notre manière de voir.

Dénoncer le mal, faire des reproches – encourager, toujours avec patience et le souci dinstruire.Il faut parfois avoir le courage de montrer ce qui est mal ou fait mal. Mais le plus souvent, c’est en encourageant ce qui germe déjà que la Parole fleurira.

Proclamer la Parole, ce n’est donc pas seulement parler, mais allier paroles et actes pour témoigner à d’autres comment « donner un sens à sa vie dans l’amour de Dieu » (orientation 3).

P. Laurent de Villeroché, eudiste