« Paul et Barnabé poursuivirent leur voyage … vers les nations païennes ».

par Michel BOUILLEAU, diacre

Eux, ils n’ont pas attendu un dimanche de prière pour les vocations pour témoigner, pour appeler à se mettre en route à la suite de Jésus, et appeler même ceux qui n’avaient encore jamais entendu parler de Jésus. Mais où ont-ils puisé cette audace ? Tout simplement en se laissant remplir de la force de l’Esprit Saint !

En ce temps de Pâques vers la Pentecôte, est-ce que nous attendons vraiment cet Esprit Saint promis par Jésus ? Est-ce que nous nous préparons vraiment à nous laisser remplir par l’Esprit de Pentecôte ?

En ce dimanche de prière pour les vocations, parler de vocation, prier pour les vocations, se mettre à l’écoute de l’appel de Dieu et y répondre, peut-être bien que Paul et Barnabé nous donnent des clés. La clé de nous ouvrir à la joie et à la puissance de l’Esprit, la clé de sortir de nos sentiers battus pour prendre des chemins nouveaux, des chemins bien au-delà de ceux que nous empruntons habituellement.

Pensons aux jeunes et à tous les chercheurs de sens à qui nous n’avons peut-être encore jamais osé témoigner de Jésus-Christ faisant route avec nous et qui rend nos cœurs tout brûlants, pensons à tous ces nouveaux adultes baptisés de Pâques appelés par le Christ alors qu’ils étaient parfois loin de l’Eglise ! Si nous y croyons vraiment, cherchons quelqu’un à qui nous pourrions parler de Jésus-Christ cette semaine. Qui sait si l’appel à suivre le Christ ne commence pas par là ?

« Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui. […] Nous sommes tous appelés à être des témoins » Pape François.

Et que le Seigneur donne à ceux qu’il appelle à une vocation spécifique, le courage de répondre.

Michel BOUILLEAU, diacre