« Nous sommes venus d’Orient adorer le roi »

Et nous ? D’où venons-nous pour adorer notre roi ?

« Nous avons vu son étoile à l’Orient »

Et nous ? Levons-nous les yeux pour voir cette étoile ?

« Ils ouvrirent leurs coffrets et lui offrir leurs présents »

Et nous ? Quel coffret ouvrons-nous, et quel présent offrons-nous ?

Nous venons parfois de très loin pour adorer notre roi (mais je ne parle pas d’un éloignement géographique) … Nous avons tenté d’ouvrir nos cœurs les 4 dimanches qui ont précédés sa naissance. Nous avons fait le point de notre engagement de croyant, et nous avons « décidé » de nous ouvrir à l’espérance, pendant ce temps de l’Avent.

Puis nous avons vu l’étoile ! Notre Sauveur est né et nous l’avons fêté. Nous étions très nombreux dans chacune de nos 3 églises pour l’accueillir, pour le célébrer. Les visages étaient radieux, les enfants étaient joyeux, les cœurs s’ouvraient pour recevoir cet Amour divin.

Mais aujourd’hui ? 12 jours après Noël ? Sommes-nous toujours prêts à ouvrir nos coffrets ? Quel présent allons-nous offrir à ce bébé venu pour nous sauver ? Il ne demande pas grand-chose …. notre amour ! : inconditionnel, sans limite, sans retenue, puisque Lui nous a déjà donné le sien.

Quand enfin nous aurons la conviction profonde d’être aimé sans jugement, tel que nous sommes, avec nos faiblesses, nos doutes, nos déviances, nous saurons que ce n’est pas nous qui faisons le plus beau cadeau : c’est nous qui le recevons, de Dieu lui-même !

Valérie LEGRAND