Le verre d’eau de l’Esprit Saint !

par le Père François

La liberté du Christ nous sera toujours un exemple surprenant et stimulant. Rien n’est petit : donner un simple verre d’eau à l’assoiffé… c’est déjà le fruit de l’Esprit, même si celui qui le donne n’est ni juif, ni chrétien. Oui : l’Esprit peut travailler tout être humain dont le cœur est ouvert, même sans le connaître. Josué en a été choqué (1e lecture), et l’apôtre Jean aussi (Evangile). Mais Moïse déjà, et a fortiori Jésus, sont ouverts à l’action de Dieu qu’ils reconnaissent avec liberté, au-delà des structures cloisonnées de groupe : pas de sectarisme ni de monopole. ‘Le vent souffle où il veut’ disait Jésus à Nicodème (Jn 3,8), en parlant de l’Esprit-Saint que plus tard on représentera comme un oiseau. Et Paul dira : ‘On n’enchaîne pas la Parole de Dieu’ (2 Tm 2,9).

Liberté par rapport aux étiquettes, et aux institutions, fussent-elles de l’Eglise elle-même. ‘Votre or et votre argent sont rouillés ! ’ clame St Jacques (2e lecture). Notre Pape nous invitait à aller ‘aux périphéries’, libres de nos monopoles, de nos organismes, structures visibles, catégories et paramètres affinés. Le pouvoir, le cléricalisme, le rêve de refaire une société chrétienne liée au politique… Quelle liberté pour renverser les forteresses humaines piègeantes, et nous séparer de notre mauvaise main, de notre mauvais pied, de notre mauvais œil (Evangile) ‘par qui le scandale peut arriver’ ! Jean-Paul II exhortait : ‘N’ayez pas peur ! Ouvrez vos frontières !’. Alors le souhait cher à Moïse s’accomplira avec le Christ : ‘Que tout le peuple soit un peuple de prophètes’ (1e lecture cf. Joël 3,1-2 ; Ac 2,17). Osons respirer au ‘Souffle’ de l’Esprit prophétique, depuis l’onction de notre baptême ‘prêtres, prophètes et rois’ !

Père François