Thomas, l’incroyant retardataire !

par P. François

 

Il ne croit ni Marie-Madeleine, ni ses frères les Apôtres qui lui disent tous :Nous avons vu le Seigneur !’. Alors le Christ vient jusqu’à lui : en ce dimanche ‘de la Miséricorde’, le Berger court encore vers la brebis perdue, dans ses doutes qui l’aveuglent. ‘Avance ton doigt…! En homme honnête qui cherche malgré ses doutes, sa droiture le confond : le toucher est devenu inutile ! Et son acte de foi est désormais le plus explicite de tout le Nouveau Testament : ‘Mon Seigneur et mon Dieu’ !

Il faut dire que pour en arriver là, nous savons que les portes étaient verrouillées’ car ‘ils avaient peur des Juifs’, de ceux qui venaient de faire crucifier Jésus. De plus, cette foi nouvelle de Thomas est un très grave blasphème caractérisé. Qu’un Juif dise Mon Dieu !, fusse à un autre Juif, et encore plus à un Juif supplicié sur la croix, mais c’est ‘scandale pour les Juifs et folie pour les païens comme le dira St Paul (1Co 1, 23) ! Même aujourd’hui pour nos amis juifs et musulmans. C’est la preuve que cela ne vient pas de nous.

La miséricorde de Dieu en Jésus nous fait tous passer de l’incrédulité variable à la véritable foi : ‘Ne deviens pas incrédule mais croyant !’. Croyant à ‘partager avec un seul cœur et une seule âme … selon les besoins (1e lecture). Car qui croit estné de Dieuetvainqueur du monde (2e lecture) : victorieux de l’esprit du monde, de la mentalité ambiante consumériste, matérialiste, individualiste, sans âme ni souffle. Victorieux de notre ‘paganisme’ moderne. Inconsciemment, le monde attend les chrétiens. Aussi le Christ nous donne Son Souffleet Sa dernière Béatitude’ : ‘Heureux ceux qui croient sans avoir vu, non pas sans raison solide (!) mais qui ‘ne voient bien qu’avec le cœur ! (Antoine de Saint-Exupéry). Comme c’est bien vu !

P. François